Accueil  〉 Développement durable  〉 Filière bois  〉 Des plantations massives pour assurer l’avenir du patrimoine arboré

Alors que le patrimoine arboré de la Ville de Genève a passablement souffert de la canicule, des longues périodes de sécheresse et des intempéries ces derniers mois, les équipes du Service des espaces verts (SEVE) sont à pied d’oeuvre pour planter près de 600 spécimens d’ici le printemps 2023. Des études sont également menées sur l’état sanitaire des arbres et la transformation de places de parking en zones de plantation.

Près de 600 arbres seront plantés sur le territoire municipal par le Service des espaces verts (SEVE) entre novembre 2022 et avril 2023 pour répondre à l’engagement pris de tripler les plantations par rapport au nombre d’abattage. Le SEVE a sélectionné des variétés résistantes au manque d’eau et aux longues périodes de chaleur intense – micocouliers, lilas des Indes, sophoras du Japon, chênes verts, charmes houblons, pins méditerranéens, érables à feuilles d’obier et autres arbres fruitiers. Plusieurs grands arbres seront plantés à Saint-Georges et au Parc Bertrand. Un verger verra le jour au Parc Trembley, alors que le talus de la Place Sturm (côté rue Ferdinand Hodler) sera peuplé de 80 jeunes arbres (baliveaux), 50 arbustes et 500 vivaces.

Accompagner le développement et améliorer les conditions

Les campagnes de plantations massives de ces deux dernières années (plus de 1’500 nouveaux arbres sur le territoire municipal) nécessitent un accompagnement conséquent, exigeant davantage de moyens humains et matériels. Les arbres doivent être arrosés pendant au moins trois ans avant qu’ils ne deviennent suffisamment résistants et autonomes. Les longues périodes de canicule et de sécheresse estivales ont eu un fort impact sur ces jeunes arbres. Les équipes du SEVE ont dû se réorganiser pour assurer des arrosages supplémentaires. Les spécimens sur rues sont ceux qui souffrent le plus. Manque de profondeur et d’espace, faible fertilité du sol et fortes contraintes urbaines sont autant de difficultés qui s’additionnent à celles du changement climatique. Ces éléments rappellent qu’il est primordial de créer de meilleures conditions afin que les jeunes arbres puissent se développer.

Préserver le patrimoine existant

En parallèle aux plantations réalisées, une attention particulière est portée par le SEVE à la préservation des arbres existants. Des études ciblées sont menées sur les arbres ainsi que les sols du parc des Bastions et du Jardin Anglais, deux sites hautement fréquentés et accueillant de très nombreuses manifestations. Les troncs, couronnes, ramures et collets de près de 600 arbres sont examinés par un expert indépendant. Des analyses de sol viendront compléter cette étude en début d’année prochaine, à la suite des événements hivernaux en cours actuellement sur les lieux, afin de mieux comprendre l’environnement dans lequel les arbres évoluent. Le tassement et l’imperméabilisation des sols sont fortement préjudiciables à leur bon développement et à leur survie. Il est de ce fait essentiel de réfléchir au patrimoine arboré en relation étroite avec les sols dans lesquels ils poussent. De même, toute blessure constitue une porte d’entrée à des pathogènes pouvant l’affaiblir. Les résultats de ces études permettront de conduire une stratégie pour une exploitation plus respectueuse des lieux.

Etudier les potentiels de plantations dans les quartiers les moins ombragés

Enfin, dans le but de d’augmenter les surfaces destinées à la plantation d’arbres, le SEVE conduit une étude pilote sur le potentiel de transformation de places de parking aux Pâquis et à la Jonction ainsi que sur le potentiel offert par les parcelles propriétés privées de la Ville. « Nous devons intervenir désormais en priorité dans les quartiers et dégrapper là où se trouvent les ilots de chaleur. Ce que demande la population, ce ne sont plus forcément de grands gestes architecturaux, mais des actions concrètes qui ne prennent pas des années pour être réalisées », relève Alfonso Gomez, conseiller administratif en charge de l’environnement. L’objectif est de créer des fosses suffisamment grandes et continues pour permettre aux racines de se développer et donc aux arbres de s’épanouir durablement. Les premières plantations dans le cadre de ce projet devraient voir le jour à l’automne 2023.

https://www.geneve.ch/fr/actualites/plantations-massives-assurer-avenir-patrimoine-arbore