Filière bois
Consommons plus de bois. Choisissons celui d’ici et payons-le mieux.
01.06.2019

La forêt et le bois qu’elle ne cesse de produire représentent une valeur qui doit être payée à un juste prix. L’éditorial de Claude Haegi dans l’Industriel du Bois de mars 2019.

Le bois est bon pour le climat, l’environnement, la santé et le bien-être. L’un des objectifs des Rencontres régionales WoodRise à Genève, et de leur suivi, était de provoquer une très large sensibilisation des habitants de nos régions, des acteurs politiques et de la société civile sur les vertus du bois dont on dispose en quantité renouvelable et à proximité.

Il apparaissait dès lors que cet engagement environnemental, économique et social pouvait être relevé par Lignum dont la vocation première consiste à promouvoir l’ensemble de la filière bois, de la forêt aux multiples usages que le bois permet pour la construction, l’énergie, la chimie et les produits de substitution à ceux d’origine pétrolière. La gestion des forêts suisses est internationalement jugée exemplaire. Nos dispositions légales fédérales et cantonales avec des interdictions de coupes rases, de pesticides et d’engrais ainsi que l’approche par une sylviculture proche de la nature démontrent l’intérêt et l’attention qui sont portés sur le sujet.

Rester cohérent

Et pourtant, nos forêts vieillissent par manque de soins et c’est en trop grandes quantités que du bois reste souvent au sol, car il demeure moins coûteux de l’importer de pays éloignés que de l’extraire de nos forêts ! Cette situation n’est pas admissible. Elle est incohérente par rapport à notre politique climatique et à nos objectifs de gestion du patrimoine naturel. Ceci nous rappelle ce que nous vivons avec l’énergie la meilleure marché, produite par le charbon allemand subventionné et importée en Suisse au détriment de l’énergie renouvelable de nos barrages !

De plus, d’immenses surfaces forestières ne sont pas exploitées pour des raisons financières. Le bois doit être mieux payé. Pour faire face à la concurrence étrangère, et éviter d’en augmenter directement le prix, réfléchissons à la proposition du Professeur Ernst Zürcher, l’une des meilleures références helvétiques dans ce domaine, qui rappelle le rôle déterminant et direct sur l’apport et la qualité de l’eau que jouent nos forêts. Il ne serait donc pas incongru de prélever une modeste taxe sur celles-ci de 0,5 à 1 % destinée aux propriétaires forestiers. Nous n’avons pas entendu d’autres propositions concrètes à ce sujet pendant les Rencontres WoodRise. Ne pas agir devient une attitude coupable compte tenu de ses effets environnementaux. Les modalités doivent en être étudiées.

Une autre difficulté économique, touchant surtout l’exploitation des forêts privées, provient de leurs morcellements considérables. Ce problème trouve en général une solution quand des petits propriétaires se regroupent et confient à des professionnels de la gestion forestière le soin d’intervenir pour obtenir une gestion plus rationnelle et économique. Le lien affectif qu’ont souvent les propriétaires forestiers avec leur patrimoine les conduit à ne pas s’en séparer. La forme coopérative permet de répondre à cette volonté légitime. Pour les collectivités publiques, la question apparaît plus simple quand une décision politique gomme la notion économique. Pourtant, l’état des finances publiques en général et une gestion rigoureuse conduit à une recherche d’équilibre.

La forêt et le bois qu’elle ne cesse de produire représentent une valeur qui doit être payée à un juste prix. C’est ainsi que l’on favorisera des circuits courts d’approvisionnement avec des effets positifs sur l’économie locale, l’emploi et l’environnement.

Claude Haegi

Président de la FEDRE
Président des Rencontres WoodRise et de Lignum Genève
Ancien Conseiller d'Etat

Rencontres WoodRise | 28.05.2019 16:47

La forêt et le bois qu'elle ne cesse de produire représentent une valeur qui doit être payée à un juste prix. L'éditorial de Claude Haegi dans l'Industriel du Bois de mars 2019.