Skip to Content
»
« Thorium : l'atome pour la paix »

« Thorium : l'atome pour la paix »

Après la conférence internationale organisée au CERN à fin octobre 2013, réunissant environ 200 scientifiques venant d’une trentaine de pays du monde, la FEDRE, associée à cet événement en fonction de son choix constant en faveur de la recherche et du développement, vous propose d’assister à une conférence présentant la synthèse des travaux de ces rencontres de 4 jours.

Cette conférence aura lieu le lundi 20 janvier 2014 à 18h30, dans les locaux du Cercle des Dirigeants d’Entreprises (CDE), 17 rue François-Dussaud.

Quatre personnalités de premier plan présenteront ce sujet d’une grande importance pour l’avenir énergétique. Cette technologie initiée par le groupe du prix Nobel et ancien président du Conseil du CERN Carlo Rubbia, pourrait détruire les déchets existants ou à venir, compléter le bouquet de production énergétique avec des risques maitrisés, en sachant que cette filière ne permet pas un usage militaire.

Le sujet sera introduit par Yacine Kadi, physicien au CERN, ancien collaborateur de Carlo Rubbia, coordinateur scientifique de la conférence ThEC13 au CERN. Avec la participation de Maurice Bourquin, Professeur honoraire, ancien président du Conseil du CERN et ancien Recteur du l’Université de Genève, Jean-Christophe de Mestral, physicien, auteur du livre « L’atome Vert, le thorium un nucléaire pour le développement durable » secrétaire de iThEC, Jean-Pierre Revol, physicien CERN, ancien collaborateur de Carlo Rubbia, président d’iThEC.

Cette réunion a un caractère scientifique, son but est de transmettre une information d’un haut niveau technique, en la rendant accessible également à un auditoire non spécialisé, mais initié ou s’intéressant à l’évolution des problèmes énergétiques.

C’est pour la FEDRE un privilège de pouvoir vous proposer une telle réunion, donnant l’opportunité d’élargir notre savoir dans un domaine particulièrement important et sensible. C’est aussi le moment de former des voeux pour que la science puisse simultanément permettre de répondre aux besoins énergétiques, par des technologies nouvelles ou adaptées pour maitriser leurs actuels inconvénients, en prenant mieux en compte les équilibres écologiques et les conséquences du réchauffement climatique.